Les noms donnés aux rues et autres lieux de la ville ne doivent pas changer souvent, et on les a dans le passé fait valser un peu trop aisément.
Mais à l'heure où Tonneins connait un changement économique et culturel sans précédent, il faudra définir une nouvelle politique de nommage des lieux de la ville.


Un retour aux sources s'imposera dans certains cas, pour corriger des excès passés et signifier une fidélité à l'histoire de Tonneins.
Dans d'autres cas, il faudra un effort de création pour symboliser un renouveau de la ville.

Les noms de lieu-dit :
La plupart sont gascons et nous viennent de plusieurs siècles en arrière. N'y touchons pas, et opposons-nous à leur dégradation par des orthographes aberrantes, qui s'insinuent par exemple au détour de l'édition d'un plan de ville...!
Ex :
"Au Cros", sur la route de Varès, n'a pas à être écrit "Au Cross". On sait que le "s" final se prononce en général dans les noms d'ici ; inutile de le doubler à l 'écriture, sous l'influence, ici, d'un mot anglais.   

Une mise en valeur, et une explication, de ces noms gascons devrait même être entreprise.
Ex :
"Latouje", "Lauba", "labourdette", "Cantau" (sans "d" !), veulent dire des choses très précises. Un progrès serait de séparer l'article du nom (La Touje, L'Auba, La Bourdette...), après avoir vérifier qu'il ne s'agissait pas à l'origine d'un nom de famille.
Mieux encore : expliquer leur signification par un commentaire sur les panneaux. C'est maintenant nécessaire : la transmission du sens de ces noms ne s'est pas faite. 

Les noms de rue liés à la guerre de 14-18 :
Cours de l'Yser, cours de la Marne, rue Maréchal Joffre,
rue Maréchal Foch, cours de Verdun...
Cette guerre a été un drame terrible.
Mais ceux qui ont vécu ce drame ne sont plus guère parmi nous.
On doit remémorer cette guerre, mais différemment.
Rendons hommage globalement à ses victimes : il y a ici et là (à Bordeaux par exemple) des "rue des poilus". Ce nom n'est pas ridicule. pourquoi pas un "cours des Poilus" ?
Ou une rue des victimes de la guerre 14-18 ?
Ou un cours de la Paix ?

De nouveaux noms :
Si le cours de la Marne est rénové, raison de plus pour le rebaptiser. Si, comme certains le proposent  avec justesse, il devient une artère où on se promène entre des vitrines d'ateliers d'artisans ou d'artistes, le nom de "cours des Arts" lui conviendra !

aco_s_aciu

L'abat Lanusse es basut cours de la Marne, l'abbé Lanusse est bien né cours de la Marne (qui s'appelait autrement), dans la maison aux volets verts sur la peinture ci-dessus, mais on a donné son nom au cours qui traverse le Biscarret, où il a habité plus tard dans sa vie. Ne touchons pas à ça !


Les vieux noms de rue à conserver précieusement ou à restaurer :

Rue Birefred (surtout si ce n'est pas un nommage récent issu d'un nom de famille), rue de la Fontaine de Cuges...

Une étude dans les archives peut permettre de récupérer de vieux noms anciens, intéressants par leur couleur ou leur signification.

Une idée, enfin : honorer Henri IV !  A côté de ceux qui l'ont précédé ou suivi, ce roi était une perle. Un homme de paix, qui a tenté d'instaurer la coexistence entre protestants et catholiques. Si ses successeurs avaient poursuivi dans cette direction, Tonneins, et bien d'autres, n'auraient pas tant souffert.   

Il y a par contre un nom qui, nous dit-on, a été donné il n'y a pas très longtemps, et honore quelqu'un qui ne le mériterait pas : Jouan le jeune, qui se serait mal comporté pendant la Révolution française, à Tonneins.


Vos propositions sont bienvenues !